mardi 15 mars 2005

Visiter: Le monde de la mer


N’allez surtout pas penser que derrière cette qualification se trouve le tutti quanti du bestiaux marin. En fait il s’agit d’un échantillon modeste de ce qui se trouve dedans (la mer). «Mořský svět» est exposé à «Výstaviště» («exposition», parc des…) tous les jours de 10h à 19h (mais vérifiez quand même sur leur site Internet, des fois que ça ait changé). C’est pas énorme, c’est pas «Marineland» (ni à Antibes, ni en Floride, les autres j’connais pas), mais c’est mignon, c’est bien fait et donc ça vaut le coup d’oeil lors d’un après-midi pluvieux, froid, sans télévision, ni console de jeux quand il faut prestement sortir les mouflets avant qu’ils n’arrachent les rideaux et ne découpent la moquette d’ennuis.

Ben non mon biquet, il n’y a pas de baleines de la taille de tante Germaine, ni de dauphins, mais tu y verras 2 ou 3 requins, et surtout des poissons, certes petits (par rapport à tante Germaine), mais pleins de couleurs éclatantes toutes rigolotes à se tordre le bidon par terre, qu’il y en a des, même qu’on croirait qu’ils ont chouravé le pyjama rayé que grand-papi Joseph avait reçu de tata Thérèse en 1956 pour son Noël. Il y a même Némo, tu sais, l’amusant poisson clown orange qui a joué dans le dessin animé «Némo» (ben ouais) mais il est tout petit aussi, pas cadré visible comme dans le film, alors faut bien regarder de partout parce qu’il se planque derrière les anémones de mer et les coraux (le saligaud). Pis d’autres encore, ils ont de ces trognes des fois, mais alors des toutes tordues en pointe, avec une toute petite bouche au bout, ou alors des aussi toutes boudinées (de trognes) en rond, gonflées comme le pétard d’un percheron constipé. Ouah la la, dis donc, mort de rire la marée louftingue qu’ils ont été me fourrer là. Et alors attention mon loupiot, non seulement tu peux regarder tout le temps que tu veux jusqu'à ce que les gens ils braillent qu’ils y voient rien de derrières ta caboche (d’abord z’avaient qu’à être là avant, les andouilles), mais en plus, tu peux coller ta truffe contre la vitre, y mettre les doigts dessus (si si, tous les 10 si tu veux), et papa il peut même faire de jolies photos comme moi j’ai faites… enfin, s’il est particulièrement doué, parce que c’est pas de la tarte aux cornichons à photographier ces cochons ci.

Premièrement… eh, attends, tu sais quoi polisson? Va donc me le chercher ton papa que je l’instruise, parce que sinon ça va devenir compliqué cette histoire là, que j’vais t’expliquer des trucs que tu ne sauras pas quoi que j’ai dis et tu pourras pas lui raconter, après. Bon, t’écoutes papa? Alors premièrement, le trépied est fortement recommandé, ensuite 2 ou 3 paquets de mouchoirs en papier (je t’assure que ça va te servir, tu vas voir), puis faut les attaquer au flash (en premier rideau si l’appareil il peut le faire) de manière à ce que les couleurs soient bien apparentes. Surtout ne pas se coller en pleine face de l’aquarium cause du flash qui se reflète dedans (ce corniaud). Le mieux c’est un angle d’environ 20 degrés par rapport à l’axe perpendiculaire formé par le poisson et l’objectif…?! bref, tu te mets légèrement de côté et t’attends… T’attends d’abord que les trousse-pets qui collent leurs blaires morveux sur la vitre aient déguerpis du champ, ensuite et d’une main, tu essuies avec un mouchoir en papier les crottes de nez, chewing gum, et traces de doigts de la vitre, tout en empêchant de l’autre (main) les prochains morveux impatients d’approcher (l’emploi d’un pied savamment assené au fion des effrontés peut s’avérer indispensable). Et finalement, il ne te reste plus qu’à espérer que l’anchois bariolé passe devant ton objectif dans la position la plus propice, avant que les merdaillons déchaînés qui poussent derrière toi ne te renversent tout le bastringue que tu auras mis plusieurs minutes à ajuster.

Bien, ben sinon il y en a pour grosso modo 2 heures de visite, y compris la demi heure de séchage des morpions fatalement tombés dans l’aquarium en essayant de décoller cet âne rebelle de Némo du cul de l’anémone derrière laquelle il ne cesse de se dissimuler (ce vicelard). Après, il y a aussi une foire foraine permanente à «Výstaviště», juste derrière le monde de la mer, mais ça fera l’objet d’un autre blog parce qu’il y en a dru des choses à relater, sans compter les expositions temporaires si vous avez de la chance, le parc de «Stromovka» pour faire du vélo, des rollers, et balancer des marrons sur les écureuils (en saison uniquement, du marron et de l’écureuil la saison). Bref, si déjà vous y allez (à «Výstaviště»), visitez autour, ça vous occupera jusqu'à la soupe du soir.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Retour à la page principale