dimanche 2 juillet 2006

Visiter: St Pierre et Paul à Vyšehrad

Et pourtant je vous assure, promis juré craché que l'année dernière, lorsque j'ai écrit cet article l'église St Pierre et Paul (ou St Pierre et St Paul) était réellement fermée et inaccessible. Ben tiens, j'y serais allé sinon, vous pensez bien.
Du coup, je ne sais pas si l'archevêque de Prague, le cardinal "Miloslav Vlk" a entre temps lu mon blog, puis décrété l'ouverture de l'église au public, mais quoi qu'il en soit, l'autre jour, elle était ouverte aussi je me suis donc empressé d'aller dedans. Alors faut que je vous dise de suite que les photos que je vous présente ne sont pas exceptionnelles, elles sont même médiocres (et c'est modéré) car je me trouvais dans une situation où je ne pouvais malheureusement pas faire mieux. Eh non.

En fait, je visitais "Vyšehrad" avec ma belle-soeur qui était venue me rendre une petite visite puisque ma chérie d'amour était toujours en déplacement et qu'elle-même (ma belle-soeur) était seule après avoir rompu avec son bon ami
(depuis 2 semaines). Oui oui, alors bien sûr, j'en entends déjà des, qui vont chuchoter calomnieusement... Enfin quoi, vous rigolez j'espère? D'abord j'aime toujours passionnément ma chérie d'amour, ensuite je suis un homme fidèle, et troisièmement ma belle-soeur ne voulait pas entamer quoi que ce soit avec moi, même sexuellement... enfin pas tout de suite qu'elle avait dit, pas avant la douche :-))) Non je déconne, je vous assure, que tout s'est passé en tout bien tout honneur. D'ailleurs ma chérie d'amour était au courrant de la visite de sa frangine et n'avait manifesté aucune apparente inquiétude en dehors des 45 SMS de mise en garde et d'invective dont la teneur explicite laissait présager de sa totale confiance dans la relation strictement amicale entre sa soeur et moi. Enfin peu importe, il ne s'est rien passé et puis c'est tout. Bon, mais pourquoi je vous raconte tout ça moi?
Ben pour vous expliquer pourquoi j'ai autant merdouillé les photos, ce que je regrette.

En fait ma belle-soeur est charmante, et j'ai beaucoup de sympathie pour elle, vraiment. Physiquement elle est grande, une demi-tête de plus que moi (bon, OK, je ne suis pas très grand de taille mais quand même), une allure élancée, svelte, des yeux coquins, un humour certain, et pour tout dire elle plait beaucoup aux hommes. En fait son seul vrai défaut (en dehors de son insignifiante poitrine), mais il est de taille, c'est qu'elle est blonde. Et vraiment blonde. Blonde au point qu'elle ne s'en cache pas. Bien au contraire, souvent elle met sciemment ce fait en avant pour se tirer des situations grotesques dans lesquelles elle se fourre. Tiens, exemple, depuis plusieurs années elle nous rend visite à Prague (elle habite à quelques 120km de chez nous).
De la gare centrale d'autobus "Florenc" jusqu'à chez nous il y a 4 stations de métro, et 2 arrêts de tram. Eh bien depuis tout ce temps là qu'elle fait ce déplacement (plus d'une vingtaine de voyages), elle ne connaît toujours pas le trajet, au point que la dernière fois je dûs encore la récupérer à la gare routière. Arrivés dans le métro, nous contournâmes les escaliers roulants qui montaient de la plate-forme -1 pour prendre ceux qui y descendaient (10m derrière). Eh bien une fois en bas, et plutôt que de s'engouffrer dans le tunnel à droite, la belle enfant prit les escaliers d'en face, ceux qui montaient pour se retrouver sur la plate-forme dont nous étions justement descendus. Je la suivis, croyant que c'était une blague, qu'elle plaisantait joyeusement dans l'euphorie d'un week-end commençant. Eh ben pas du tout, elle était sérieuse. Je ne m'en suis rendu compte que lorsque absolument pas surprise par le sot trajet,
elle me demanda si l'on prenait le train qui va en avant ou celui qui va en arrière(?!). Alors je lui expliquais la grotesque situation elle éclata de rire et me dit "ouah, chuis vraiment une blonde hein?" Je n'eus pas la malveillance de répondre objectivement à sa question. Et des exemples pareils j'en ai encore d'autres, nombreux, mais je ne vais pas vous ennuyer avec ça, tout le monde connaît des histoires de blondes.

Bref, lorsque je lui proposais de saisir l'unique occasion et venir visiter l'église avec moi, elle fit une moue explicite, aussi je n'insistais pas. Erreur, grave erreur car c'est la raison pour laquelle mes photos sont si misérables. Ayant donc laissé ma belle-soeur sans surveillance à l'extérieur du monument, je pris mon ticket d'entrée pour la modique somme de 30 CzK
(1€, dingue) et demandais sans trop y croire s'il était possible de photographier? Eh bien il l'était, et avec flash, et sans supplément de prix. Visite, photo, flash pour 1 euro. Des fois on rêve debout les yeux ouverts. J'étais pratiquement seul dans l'édifice, et j'en profitais pleinement, tchac tchac faisait mon appareil, ah pour sûr il chauffait grave... Mais au bout de quelques minutes, je réalisais que ma belle-soeur se promenait seule dans "Vyšehrad", pour la première fois de sa vie, et compte tenu de l'expérience que j'en eus (de ma belle-soeur) dans le métro, je préférais écourter ma séance de photographiage car j'imaginais aisément que ma chérie d'amour ne m'eût jamais pardonné d'avoir perdu sa soeur dans le parc le cas échéant. J'aurais pu faire des chef-d'oeuvres avec mon trépied et mon flash, mais j'étais pris de court, pris par le temps et pris par l'angoisse que la blonde dont j'avais la charge pouvait chuter des remparts en jetant des miettes aux pigeons,
ou se noyer dans la "Vltava" pour peu qu'un pont ne se trouve pas sous ses pieds. Aussi je fis le minimum, les clichés indispensables, sans grand égard sur la qualité ce que je regrette aujourd'hui mais bon, les circonstances étaient telles que...

Aussi je sortis de l'église l'esprit agité à peine quelques 10 minutes après avoir quitté la charmante blonde, et tandis que de grosses gouttes de sueur et d'angoisse perlaient le long de ma colonne vers mes brales (vers tes brales si c'était toi :-) je scrutais le parvis à la recherche de ma belle-soeur. Mais j'avais beau scruter, tourner la tête, dévisager les gens, rien à portée de ma vue ne ressemblait à une belle-soeur grande,
d'une demi-tête de plus que moi, d'allure élancée, svelte, avec des yeux coquins, un humour certain, et qui puisse beaucoup plaire aux hommes. "Eh ben, me v'là bien. Nom di Diou d'crénom di Diou" me dis-je, "mais où que c'est-il bien possible que cette graine blonde de grande courge empotée a bien pu aller se fourrer? Di Diou d'nom di Diou." Et de l'imaginer errant dans le parc pendant des années... pour elle, tout a commencé par une nuit sombre, le long d'une route solitaire de campagne, alors qu'elle cherchait la sortie du parc que jamais elle ne trouva... Du coup je commençais réellement à devenir mouillé anxieux tandis que l'appréhension des reproches certains de ma chérie d'amour l'emportait sur mon flegme pragmatique et mon discernement. Pis soudain l'idée de génie: le mobile. Ben ouais, tiens, le téléphone mobile, y a qu'à l'appeler, ben tiens. Bip bip bip... tût... tût... tût...
Elle: "Allô?"
Moi: "Allô moi aussi, ben alors mais t'es où?"
Elle: "Ben chuis allée dans le cimetière en attendant, chuis juste à l'entrée, en bas." Forcément, je ne pouvais tout de même pas imaginer qu'elle allait attendre devant la porte de l'église le temps que je termine mes photos.
Moi: "A l'entrée ok, mais en bas, c'est où?"
Elle: "Ben en bas du cimetière, juste à l'entrée." Ben tiens, forcément, juste à l'entrée en bas, suis-je bête?
Moi: "Bon ben ok, à trou de fuite." me disant qu'après tout, le cimetière n'était pas si grand, et qu'une belle tête blonde (même pas très meublée) sur des jambes sans fin (elle est vraiment grande) devait se voir de loin. Erreur.

Après être passé par le bas cardinal du cimetière (le sud pour moi), le bas topologique (en trouvant une pente), les alentours de l'entrée, ben personne. Enfin si, des gens, mais pas ma belle-soeur. "Di Diou d'nom di Diou!". Re-mobile, quoi d'autres? Si, demander aux extra-terrestres s'ils ne l'ont pas enlevée à des fins expérimentales parce que du comme ça, ils n'en trouveront pas partout dans la galaxie. Somme toute elle ferait un bon étalon pour certaines mesures.
Moi: "Allô, ben alors? T'es toujours dans le cimetière?" (des fois qu'elle eut changé de musée)
Elle: "Ben oui, juste à côté de la tombe de... attends... Machin-Truc"
Moi: "Oui, bien sûr, je vois bien où c'est, je connais exactement l'emplacement de chacun des 728 macchabées. Il a toujours son nom sur la sonnette?"
Elle: "Attends, je vais voir..."
Moi: "Mais non, je déconne." Je le crois pas, sans dec... "Bon, et par rapport à l'entrée, t'es où?"
Elle: "Ben juste à côté, en bas"
Moi: "Alors surtout tu ne bouges pas, je vais te trouver, mais surtout ne bouge pas d'un seul mètre parce que j'ai l'intention de remplir mon samedi soir autrement qu'en jouant à cache-cache dans un cimetière que du reste j'ai déjà visité."
Et heureusement que je l'avais déjà visité, car je me rappelais soudainement que le cimetière comporte trois entrées, ouest, sud et est. Etant rentré par la principale, ouest, et ayant visité celle du bas (cardinal), sud, il ne me restait plus qu'à me diriger vers l'entrée est. Et effectivement, à seulement 2 mètres de l'entrée la moins fréquentée, sur la gauche donc un peu en bas, selon que l'on regarde d'un côté (en bas) ou de l'autre (en haut) se trouvait l'objet de mes recherches désespérées.
Elle fumait sereinement une cigarette, assise sur la pierre tombale de Machin-Truc, tranquille comme un cénobite (de l'expression "les cénobites tranquilles") et je suis prêt à vous parier que si je ne l'avais pas trouvée, elle y serait encore aujourd'hui.

Je fus accueilli par un "ben alors t'étais où? Ca fait une heure que je t'attends." Ce à quoi je répondis par un "viens ma chérie, allons boire une bière. Prends ton cartable, donne moi la main et fais attention sur la route en traversant.". Je me sentais las, mais las...
Bref, alors tout ça pour vous dire que mes photos de l'intérieur de l'église St Pierre et Paul ne sont pas des plus top moumoune, mais vous aurez compris que...

Bien, et maintenant parlons un peu de l'église quand même car elle représente un peu plus d'intérêt que ma délicieuse belle soeur pour laquelle, et je le répète franchement, j'ai une sympathie sincère (je me demande bien pourquoi cependant, tiens!) L'édifice fut bâti à partir de la seconde moitié du XI ème siècle, mais il ne ressemblait pas du tout à ce que vous voyez aujourd'hui. En fait on ne sait pas trop à quoi il ressemblait car en 900 ans l'on a perdu les photos, et du coup ben plus personne ne sait rien. C'est d'ailleurs tellement flou que selon certains site Internet, vous apprendrez que l'église fut construite sur initiative du roi "Vratislav I",
et selon d'autres "Vratislav II". Erreur de frappe? Peut-être, mais il y en plein des comme ça. Alors oubliez le premier et considérez le second car le premier vécu entre la fin IX ème et le début du X ème siècle (888 - 921) et qu'il est à l'origine de l'église St Georges à "Hradčany" et pas St Pierre et Paul à "Vyšehrad". Quant au "Vratislav II" (? - 1092), la légende raconte qu'il aurait lui-même participé à la construction en amenant sur son propre dos royal 12 chargement de caillasse. En ce qui me concerne, je me demande s'il a même jamais tenu une truelle dans la main, maintenant remarquez bien que c'est une légende. A partir de 1130 débutent les réfections du bâtiment. "Soběslav I" (1125 – 1140) commence par l'agrandir conséquemment, aménager l'intérieur avec goût (enfin plutôt sa femme) et mettre des fenêtres à double vitrage conformément à la norme européenne EN 12150-1.
A partir du XIII ème siècle l'église suit les mouvements architecturaux: apparence gothique, retapage renaissance, ensuite baroque, et pour terminer regothique (néogothique) à partir de 1885 par l'architecte "Josef Mocker" (1835 - 1899) à qui l'on doit l'apparence actuelle de la moitié des monuments de Prague.

Et là ça commençait carrément à devenir pas mal du tout, genre à ressembler à une église, mais il manquait toujours quelque chose. Quelque chose que tout le monde voyait (qu'il y manquait) et que tout le monde était d'accord sur ce fait. Mais quoi? Après toutes ces restaurations et tous ces embellissements, que pouvait-on bien y rajouter? C'est finalement l'assistant de Joseph, "František Mikš" qui,
après avoir proposé des âneries comme une piscine olympique, un aéroport international, ou une discothèque homo pour gays, lesbiennes et animaux de compagnie, suggéra simplement des flèches comme sur toutes les églises. "Josef Mocker" aurait alors dit "ben tiens, si t'es si malin, t'as qu'à lte les construire tes flèches..." ce qui finalement fut fait entre 1901 et 1903. Voilà en fait une des raisons pourquoi cette église ne représente pas un intérêt exceptionnel du point de vue de son extérieur, elle est toute nouvelle en imitation ancien, genre Atlas ou Monsieur Meuble, si vous voyez ce que je veux dire.

Par contre dedans c'est splendide. C'est neuf aussi, mais attention, neuf splendide et pas imitation cette fois, rien que de l'original, du pur art nouveau réalisé dans les années 1902, 1903 par les époux "Urban" (Marie & François). C'est somptueux. Comme dit, mes photos sont médiocres, mais elles devraient au moins vous donner un aperçu de la splendeur qui se trouve à l'intérieur de cet édifice. Parmi les objets anciens, les reliques, se trouve le soi-disant sarcophage de St Longin (le centurion romain qui par ordre de Pilate perça le flanc de Jésus sur la croix mais reçu aussitôt la foi et devint un fervent croyant).
Il date du XII ème siècle le sarcophage, ce qui me laisse à penser qu'il devait être dans un sale état le cadavre du St Longin après 12 siècles de décomposition. Vous y verrez également une copie d'un tableau du milieu du XIV ème siècle représentant Ste Marie de la pluie (?!, "obraz Panny Marie Dešťové") et qui, toujours selon une légende, aurait été peindu par St Luc en personne (mais une fois ressuscité). Ce fameux tableau aurait été porté en tête de processions à travers champs et pâturages par temps de sécheresse car il avait le pouvoir de faire tomber la pluie, eh oui, mieux que la danse (de la pluie toi-pas-d'ssus-ça-va-péter).

Tiens, encore pour l'anecdote. Lorsque naquit la toute première église qu'on ne sait plus à quoi elle ressemblait, apparut également (vers 1070) un chapitre (assemblée religieuse) totalement indépendant de l'évêché de Prague et soumis directement à l'autorité papale. Composé d'un prévôt et d'une douzaine de chats moines, le chat pitre de "Vyšehrad" ("Vyšehradská kapitula") faisait office de ministère des affaires étrangères et son prévôt, sorte de chancelier,
dirigeait la politique étrangère du pays jusqu'à la fin du XV ème siècle. Ayant sous son autorité une soixantaine de communes, le chapitre accumula rapidement de prodigieuses richesses faisant naître la légende du fabuleux trésor de "Vyšehrad". L'indépendance de ce chapitre fut confirmée par le Pape Lucius II en 1144 ("Gherardo Caccianemici dal Orso") et perdura jusqu'en 1763 lorsque l'archiduchesse Marie-Thérèse mit bon ordre dans cette insoumission à la couronne autrichienne.

Et pour terminer, signalons que notre église St Pierre et Paul à "Vyšehrad" n'est pas une église quelconque, mais une basilique mineure. Bon, ok, c'est pas ça qui va vous faire venir plus, mais sans dec je vous le redis, l'intérieur et splendide alors allez-y, nombreux.

4 Comments:

Anonymous Jr Prod said...

Hahaha, trop drôle l'histoire avec la belle-soeur. Mais elle est vraiment belle, la belle-soeur ? Avec des jambes interminables, buvant de la bière et étant naturellement blonde au point d'offrir à l'homme tout ce qu'il souhaite avoir (silence, une bière, les chemises repassées et un gros sourire) ?

Hahaha, sacré Strog' ! ;)

Sinon ben je ne trouve pas tes photos ratées. Pour dire que t'as passé que 10 minutes à l'intérieur, t'as bien mitraillé ! =) A+

14 juillet, 2006 12:54  
Blogger Strogoff said...

Alors belle ma belle-soeur? Ben comme dit, elle plait. Maintenant est-ce de la beauté, du charme, de l'attractivité... Depuis que ma chérie d'amour est rentrée des Balkans, je suis incapable d'avoir une opinion sur les filles, je ne sais même plus à quoi ça ressemble, et surtout il n'y en a pas une qui lui arrive à la cheville, même pas à l'élastique de sa chaussette basse, donc tu vois, hein, belle ma belle-soeur? Oui, sans doute selon les autres hommes qui ont su garder un sens critique.

Sinon pour le mitraillage, pareil, oui j'ai mitraillé, mais la qualité n'est pas top, ni en terme de composition ni en terme technique (granuleux, sous-exposé, contre-jour...). Pis surtout j'ai dû en jeter quelques unes, donc les plus loupés n'y sont pas. Mais bon, hein, on fera mieux la prochaine fois :-)

17 juillet, 2006 07:56  
Anonymous Jr Prod said...

Comme c'est chou... Je présume donc que ta chérie d'amour parle français et qu'elle a l'adresse du blog, vu le ton mielleux que tu viens d'adopter. :)

Bisou à elle, donc. ;)

17 juillet, 2006 14:04  
Blogger Strogoff said...

He he he :-))) Oui elle parle français, oui elle a l'adresse de mon blog, mais non, elle ne le consulte pas souvent. Ou du moins elle ne lit pas tout. Mais comme je n'écris que la vérité, qu'il n'y a rien à cacher, donc quand bien même se mettrait-elle à le lire en entier, commentaires inclus, elle n'y trouverait rien d'anormal (enfin j'espère :-)

18 juillet, 2006 07:27  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Retour à la page principale