mercredi 24 mai 2006

Visiter: Fata Morgana, la serre trop picale

Cette fois-ci je m'étais dit ben tiens, je ne fais rien que de ne pas arrêter de vous parler d'immeuble, de la ville de Prague, des gens et de la politique (un peu), alors j'avais décidé de vous faire un truc bucolique, genre campagnard à souhait pour les amoureux de la nature.
Pis comme c'était la saison du printemps qui plus est, ben ça tombait pile-poil dedans la période. Mais vous parler des fleurs, des plantes et de la campagne quand on n'y connaît rien comme moi, c'est moyen pour l'intérêt de la publication. Alors je me suis dépêché d'aller dans la serre tropicale "Fata Morgana" le dernier jour d'avril, le 30 très exactement, pour ceux qui comme moi ne savent jamais combien de jours il y a dans un mois donné. Et ce jour n'était pas le fruit de l'aléa,
mais le dernier jour où l'on pouvait encore admirer les papillons qu'on y avait mis exprès dedans pour les admirateurs (de papillons). Personnellement j'aurais préféré des éléphants, si déjà tant qu'à choisir parce que j'aime bien les éléphants (plus que les papillons), mais l'on m'a dit que cela posait des problèmes organisationnels et logistiques et que ce n'était de fait pas prévu dans un proche avenir.
Chuis déçu, mais tant pis, j'ai fait avec les papillons. Pis entre temps sont venus s'intercaler de nouveaux sujets d'actualité, brûlants les sujets, et donc ils sont passés en priorité mais rassurez-vous, les photos je vous les ai mises bien au chaud (si c'est des fayots) ou bien au frais (si c'est des p'tits poês -canadiens-) enfin bref, je vous les avais remisées par de vers moi pour de quand que j'aurai le temps, c'est-à-dire maintenant, encore au printemps, de vous en parler (que j'aurai le temps).

Et pourquoi le nom de "Fata Morgana" (en Italien, et Fée Morgane en Français)? Tout le monde connaît ce nom de "Fata Morgana" donné au moyen âge au mirage aperçu pour la première fois par des croisés dans le détroit de Messine tandis qu'ils pêchaient la sardine, alors qu'à Lorient ils pêchaient le hareng car la fée Morgane (légende d'Arthur) avait le pouvoir d'élever des châteaux sur les eaux pour en déduire 100% des intérêts d'emprunt de son imposition fiscale.
Aujourd'hui l'on sait que ce phénomène est engendré par la perturbation des rayons lumineux passant à travers un gradient thermique de l'atmosphère lorsque des couches d'air chaud et d'air froid se superposent et que la déduction fiscale sur travaux de construction neuve (même sur pilotis) est forfaitairement plafonnée à 40% des revenus fonciers sous condition que le propriétaire s'engage à donner le bien en location au titre de la résidence principale pendant au moins neuf ans à des ménages dont les plafonds de ressources
correspondent à ceux qui sont imposés dans le cadre des prêts locatifs intermédiaire et moyennant un loyer inférieur de 30 % au prix du marché. Alors pourquoi "Fata Morgana" pour une serre tropicale? Hein, ben tiens, et pourquoi? Ben parce que selon la présentation qui se trouve sur leur site Internet, la serre matérialise un mirage de plantes exotiques. Bon, après tout pourquoi pas, hein?

Alors comme dit, moi j'y suis allé pour voir les papillons, parce que j'aime bien les papillons aussi (mais moins que les éléphants), mais surtout c'est beau. Un bel exemple de splendeur gratuite qu'offre la nature. Alors un papillon c'est quoi? C'est un lépidoptères de la classe des insectes de sous-classe des ptérygotes, section des néoptères, division des holométaboles, et super-ordre des mécoptéroïdés pas hémorroïdés. Alors je vous l'avoue, je ne le savais pas non plus. Ce que je savais c'est que gamin, on pissait sur le gazon pour les embêter.
J'fais pipi sur l'gazon
Pour embêter les coccinelles
J'fais pipi sur l'gazon
Pour embêter les papillons
Pipi, gazon, papillons, coccinelles,
Pipi, gazon, coccinelles, papillons.


Mais là, dans la serre de la fée Morgane, défense de pisser. De toute façon il y avait trop de monde pour ça (pisser) mais c'était de ma faute parce qu'évidemment, l'idée du dernier jour n'était réellement pas des plus heureuses pour la visite. D'abord parce que les papillons, il n'en restait plus beaucoup, et surtout ceux qui restaient, ben ils étaient tous de la même marque. Du coup, pas facile de faire des photos colorodiversifiées avec la même andouille de lépidoptère clonée de partout pareille.
Selon les dires du prospectus, il devait y en avoir quelques 3000 de papillons, parmi 50 marques différentes. Moi j'en ai vu beaucoup moins, et il y en avait 10 variétés au maximum. Mais j'ai cherché, bien cherché, et je vous en ai quand même trouvé quelques uns (de papillons) peints différemment que les autres. Par contre le gros, la star de l'exposition, celui qui fait 20 centimètres d'envergure, l'"attacus atlas" de la famille des Saturniidae crée (la famille) par l'entomologiste français Jean-Baptiste Alphonse Dechauffour de Boisduval de Ticheville dans l'Orne en Normandie,
ben je ne l'ai pas vu. Il devait y être, mais il n'y était pas. Ou il était bien planqué l'animal, mais avec une taille pareille, genre je n'aurais pas pu le louper s'il y avait été (ça n'arriverait pas avec des éléphants). Donc il n'y était pas. Tant pis.

Le second truc déjà évoqué dans l'idée pas heureuse, c'était les gens.
C'est quand même dingue que tous ces gens attendent le dernier jour pour aller voir les papillons alors qu'ils avaient tout le mois d'avril pour s'en occuper. A croire que les papillons, c'est comme la déclaration d'un pot et les cadeaux de Noël: au dernier moment (encore que moi, je ne lui en fait pas de cadeaux au Noël). C'est bien simple, s'ils avaient fait ouverture le jour de la fermeture durant un seul jour, ils auraient sans doute eu autant de monde qu'en un mois. Pis un gen, bon ok, des gens, ben ouais, mais beaucoup de gens et humides qui puent, c'est la peste noire.
La serre est chauffée et midifiées à température et midité constantes, genre forêt trop picale de la Mazonie, soit vraiment bien et beaucoup. Ce qui fait que les gens qui habituellement puent déjà bien, voient (enfin sentent) leurs relents amplifiés par les facteurs précédemment cités et la serre de la fée Morgane se transforme en terrier de bouc dysentérique en période de menstruation intense sous un orage violent d'après-midi de juillet à 40°. Rien que du bonheur Thérèse. Parce que les gens ici n'utilisent pas les déos, puis les gens ici n'utilisent pas non plus les sent-bon dedans les machines à laver.
Alors la sueur, les fringues humides, le nombre de gens... Et surtout, à l'entrée ils le disent et l'écrivent: mettez vos fringues au vestiaire, c'est chaud et humide dedans. Et c'est pas par mercantilisme à cent balles puisque le vestiaire est gratos, entièrement gratos. Mais non, il se trouve toujours des gens qui trouvent ça suspect le gratos, et ils se traînent avec leurs pulls, manteaux, doudounes avec les conséquences décrites plus haut.

Donc après la queue d'une demi-heure qui passe sous la serre avec des poissons et xotiques, et plein de gens devant les aquariums, on découvre enfin l'intérieur de la serre. C'est bien, vraiment sympa pour les amateurs de plantes et de nature. D'ailleurs c'est exactement comme ça que je m'imaginais la nature en vraie réalité de ce que j'avais lu, vu en photos et entendu parler les gens. En plus, il y a une sonorisation démente qui fait que chaque mètre, vous entendez un autre bruit de la forêt trop picale. Et on reconnaît sacrément bien les cris des oiseaux, des grillons, des cigales marseillaises immigrées, des singes d'Afrique sud-américaine,
des moustiques paludéens HIV+, des champignons venimeux prêts à vous sauter dessus, des bûcherons industriels qui braconnent les essences rares... vraiment bien fait, et surtout c'est réel. Genre pas le bruit répétitif qu'on voit de suite des oreilles que c'est facticimité, non non, en fermant les yeux, vous avez réellement l'impression d'y être. Puis il y a aussi une cascade, quelques mares avec des poissons que je ne connais pas, des plantes mange-mouches car nivores, enfin plein de trucs naturels à voir pour ceux qui aiment la nature.
Je vais maintenant vous avouer humblement que perso, je l'ai fait au pas de course. Enfin le pas de course que permettait les gens qui comme des andouilles regardaient dedans les flaques d'eau pendant des heures plutôt que d'avancer et laisser les autres andouilles regarder aussi. Donc en une autre demi-heure j'ai bâché le truc et suis parti parce que ras-le-bol de la plèbe nauséabonde. En sortant (ou en arrivant aussi), les environs font un peu chantier, genre pas terminé l'environ. Mais vous y trouverez quand même des stands à saucisses et à bière ("Krušovice", celle que vraiment je n'en ai pas besoin de). Y a juste que le jour où j'y fus,
le saucissier était débordé par le monde, et il fallait atteindre 15 minutes pour récupérer son miam, alors j'ai laissé tomber. Pis comme la serre est à proximité du zoo et du "Trojský zámek", si jamais vous le faites au pas de course comme moi, il vous restera donc encore des choses à voir dans le coin.

Et pour terminer, je vais vous parler de la fameuse polémique politico-financière qui a secoué la mairie de Prague à l'époque où notre actuel premier ministre "Jiří Paroubek" dont je vous ai déjà parlé dans une publie précédente était adjoint économique au maire de la ville (de Prague, je le spécifie pour mon classement par les moteurs de recherche Internet).
La construction de la serre fut tout d'abord estimée à 20 millions de CzK (soit quelques 666.000€), ce qui même pour le profane que je suis, semble être une estimation au doigt mouillé et à l'esprit dérangé. Parce qu'en tenant compte seulement de la construction, puis de la technique à l'intérieur, plus du coût des plantes... enfin chais pas, mais faut être totalement inepte pour mettre une somme aussi ridicule dans une construction aussi pointue. Bref, donc estimée au départ à 20 millions, la construction fut terminée avec un coût total de 200 millions (6,5 millions d'€), soit 10 fois plus, ou encore un invraisemblable 1000% de dépassement.
On sent bien que le chef de projet avait de l'expérience dans le domaine. Quoi qu'il en soit, bien que les factures étaient signées par le directeur du jardin botanique, l'adjoint économique "Jiří Paroubek" les payait sans broncher. On rêve non? Alors allez-y nombreux, en masse, avec femmes, enfants, maîtresses, belles mères et nounous. Et non seulement pour rentabiliser ce dingue investissement, mais parce que ça vaut vraiment la peine. D'ailleurs personnellement je compte fermement y retourner à l'occasion (la nature sur 1700m² ne me dérange pas, j'aime bien), mais quand il y aura moins de gens et plus de papillons (et les d'éléphants?), c'est-à-dire l'année prochaine à la même époque.

Puis encore un truc avant de terminer réellement, et ça n'a rien à voir avec les papillons parce que c'est de hockey dont je vais vous parler brièvement. Vous vous souvenez que j'avais fait une rapide mais nécessaire publie sur les quarts de finales, parce que quand même, c'est bougrement important. Bon, ben on a même gagné samedi la demi-finale contre les Finlandais (3-1) (mais je n'ai pas eu le temps de publier), et tellement bien gagnée cette demi-finale qu'elle fut, qu'on y croyait ferme à la médaille d'or qu'on aurait.
Ben ouais, mais non, parce que dimanche, le pas de bol est venu jouer de malchance avec la scoumoune et les Suédois ont eu le dessus (fumiers!). Mais attention, c'est pas qu'on a mal joué, du tout, d'abord on était fatigué (moi surtout), mais par-dessus tout l'équipe a été victime d'une poisse pas possible. Les Suédois ont marqué le premier but n'importe comment, mais alors avec une chance indécente de cocus permanents (toute l'équipe) et comme la fortune cocutière leur collait à la peau comme la foire au pantalon, ben ils nous ont foutu un second but 40 secondes après le premier. Ben forcément, que voulez-vous faire avec 2 buts d'avance aussi bêtement marqués?

Du coup on a bien essayé de remonter le score, il fallait prendre des risques pour ça, et donc ben ça explique un écart aussi sévère (4-0). Que voulez-vous, ça arrive. Remarquez les Canadiens ont fait encore pire pour la médaille de bronze, ils sont allés se faire mettre un 5-0 par les Finlandais, à sec avec du sable comme on dit. Ca c'est vraiment une raclée sévère, genre la méchante taule grave derrière les oreilles que les joueurs sont rentrés au Canada avec un sac sur la tête. Nous, on est que second, mais les joueurs peuvent revenir à Prague avec la tête haute, les braves petits. Alors il ne reste plus qu'à faire mieux l'année prochaine en Russie (Moscou et St Petersbourg), ou espérer 2008 au Canada (Québec et Halifax), voire en 2009 en Suisse (Zürich et Bern), et vraiment au pire, 2010 en Allemagne (Cologne et Mannheim), mais on finira par l'avoir cette foutue médaille en or.

9 Comments:

Anonymous Jr Prod said...

Hahaha, alors comme ça tu préfère les éléphants aux papillons ? Et t'aurais pas préféré des filles en bikini dans une serre tropicale dansant et procurant des massages thaïlandais des fois...
=)
Sacré Strog' ;-)

24 mai, 2006 23:07  
Blogger Strogoff said...

Ben si, les filles en bikini, bien sûr que si j'aurais préfèré, mais si déjà les éléphants c'est pas prévu, alors les bikinis. Mais le jour où ça arrive, le début de ma publie sera:
Dans la serre il y avait une belle fille
Qui avait peur d'aller prendre son bain
Elle craignait de quitter sa cabine
Elle tremblait de montrer au voisin
Un deux trois elle tremblait de montrer quoi?
Son petit itsi bitsi tini ouini, tout petit, petit, bikini
Qu'elle mettait pour la première fois
Un itsi bitsi tini ouini, tout petit, petit, bikini
Un bikini rouge et jaune à p'tits pois


Alors dès que c'est prévu, les bikinis, je te tiens en courant. Promis!

25 mai, 2006 07:53  
Anonymous Jr Prod said...

Hahaha, tu es un vrai poète de l'amour, tu le sais ça ?

25 mai, 2006 11:50  
Anonymous Anonyme said...

Hi ! C'est Delphine (la même que sur Macro nique, si si, je t'assure...)
J'ai hurlé, bondi, chanté, et bien d'autres choses de joie lorsque j'ai lu les paroles de la petite chanson (pipi, gazon, papillons coccinelles...). Figure-toi que tu es la seule personne autre que faisant partie de ma famille et connaissant cette charmante ode à la protection de la nature (bon évidemment, je ne demande pas à tous les gens que je croise si elles la connaissent). C'est quand même fou de devoir aller jusqu'à Prague pour colloquer avec un individu un minimum culturé !!!
Et ne te plains pas, avec un ingénieur en agronomie pour père, les balades en pleine nature deviennent vite un tantinet longuinettes. Tu imagines : passer 10 minutes sur CHAQUE petite fleur, donner le nom latin de CHAQUE éminence végétal que le bête profane prendrait tout simplement pour un brin d'herbe...
Le pire, c'est que je vais faire bye
Delphine

01 juin, 2006 21:51  
Anonymous Anonyme said...

Je disais, le pire c'est que je vais faire les mêmes études... (un peu de mal avec l'informatique ce soir)

01 juin, 2006 21:54  
Blogger Strogoff said...

Salut Delphine... Ah bon, donc pareil, tu vas deviendre un génieur à gros n'homme? Ben dis donc! Mais sinon la nature c'est cool quand on est avec quelqu'un qui connait (pour pas se perdre) et qui apprend aux autres (pour quoi faire?). Moi ce que j'avais entendu de la nature, c'est qu'il fallait y être seul, écouter les oiseaux brailler et surtout bien prendre la flotte lorsqu'un orage éclate subitement (c'est à dire à chaque fois). Enfin toi c'est différent, tu vas t'y faire, tu as les gênes pour, de père en fille. D'ailleurs à la vue de ton post t'es plus faite pour la nature que l'informatique :-)))

02 juin, 2006 07:33  
Anonymous Delphine said...

De toutes façons, il y a beaucoup de choses pour lesquelles je suis plus faite que l'informatique !!! A vrai dire, à peu près tout... Là je viens de découvrir que je peux cliquer sur "autre" et mettre "Delphine" sur l'en tête au lieu de mettre "utilisateur anonyme" et de devoir signer. C'est magique!!!
Mais bon, moi au moins je ne me perds pas dans les forêts (en tout cas pas dans celle en bas de chez moi), je n'ai peur ni des araignées, ni des souris, ni des coccinelles (qui a peur des coccinelles?), ni des serpents, ni du grand méchant loup, je sais faire la danse de la pluie et allumer un feu sous l'orage. Bon, la danse de la pluie ça ne marche pas à chaque fois mais ça fait bien rire tout le monde (surtout les coccinelles et les papillons). J'avoue, le coup du feu sous l'orage, c'est aussi du mytho... mais le reste ...
Et puis c'est super pour l'inspiration !!!
Bye

02 juin, 2006 16:23  
Anonymous Anonyme said...

c'est marrant

11 juin, 2006 10:14  
Blogger Strogoff said...

C'est tout?

Cher anonyme, non pas que je m'attendais à un déploiement massif de louanges élogieuses (quoi que, hein, ç'aurait pu, pourquoi pas), mais tout de même, vous auriez pu rajouter un petit quelque chose, genre j'aime ça, j'aime pas ça, ça c'est bien, ça c'est mal... Enfin chais pas, mais plus... touffu. Bon, allez pas grâve, une autre fois, hein?

14 juin, 2006 07:07  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Retour à la page principale