samedi 9 février 2013

Ville: La p'tite chaplette Ste Barbara

Alors pareil, combien de monde, étranger ou indigène, passe devant cette chaplette, sans même savoir ce qui se trouve dedans, quels artistes la bâtirent puis la décorèrent, et pourquoi donc fut-elle érigée? Je veux parler de la chaplette Ste Barbara, rue "Loretánská", qui descend (la rue) de la place de la Lorette vers le château de Prague. Hum, alors, z'en avez entendu parler? L'avez-vous seulement remarquée lorsque vous étiez à Prague (si seulement)? V'voyez comme il est bon que je vous en parle.

Alors tout d'abord, l'histoire, telle qu'elle nous fut écrite par le loufoque affabulateur "Václav Hájek z Libočan", dont les élucubrations abracadabrantes (cf. mes nombreuses précédentes publies) endormirent des millions d'enfants tchèques pendant plusieurs siècles, avant l'invention des Teletubbies. Il était une fois, en 1512, 2 gredins malfaisants, chevaliers brigands originaires de par vers le bourg de "Malšín", qui finirent par tomber aux mains de la justice car comme dit l'adage, chaque fumier tâtera un jour de la fourche (diabolique?). Ils furent jugés, et condamnés au pal. Parenthèse. La pratique de l'empalement était courante en Russie, en Roumanie, en Pannonie, en PLogne, et dans les Balkans, mais malgré que les bougres locaux (Bohémiens) fussent friands de tortures soignées (cf. le nombre de musées de la torture en nôtre pays), le supplice du pal ne prit jamais racine en Bohême.
En effet, outre le chambard provoqué sur la place publique par les hurlements des empalés, la vision d'un tel supplice entraînait des troubles psycho-péristaltiques auprès de la population. Introduit en Bohême par le roi plonais "Vladislav Jagellonský" perverti par son intime promiscuité d'avec les Magyars, eux-mêmes pervertis par les Turques, eux-mêmes pervertis par les Grecs, eux-mêmes pervertis par les... bref, introduit en Bohême par le roi plonais, ce supplice inhumain fut rapidement abandonné en nôtre pays après la mort de ce bougre dépravé (plonais). Aussi chers lecteurs, jubilez de la chance que vous avez de tomber sur ma publie, car c'est clairement une rareté que l'on vous parle du pal en royaume de Bohême (les étudiantes en culture tchèque généreusement pourvues par la nature en pommes de Vénus peuvent me téléphoner à n'importe quel moment si elles désirent de plus amples détails sur ces pratiques répugnantes).

Revenons maintenant aux nuisibles qui furent condamnés au pal. Ils furent donc empalés, mais voilà, croyez-le ou non, une fois planté là, l'un des vauriens réussit à briser son pieu, et à se trainer jusqu'en l'église St Benoît (en haut de la place du Château) soit quelques 100 mètres. Certes, 100 mètres en descente me direz-vous? Ok, mais en rampant à plat ventre un pal planté dans le... enfin là où qu'on plante généralement les pals, moi j'dis que c'est balaise. Notez toutefois que les miracles de la propagande catholique vont souvent à l'encontre de la logique scientifique, et qu'il faut les prendre avec recul et circonspection. Et justement, ben cet exploit (médical?) relève du miracle. Oyez-voir. L'un des vauriens réussit à briser son pieu donc, et à se trainer jusqu'en l'église St Benoît où il implora le prêtre de lui administrer l'extrême onction sans laquelle il ne put mourir (ah ouais?). Tout le long du trajet rampant, il implorait Ste Barbara qui, comme tout le monde sait, prend garde des malheureux susceptibles de mourir inopinément sans avoir été secourus par le saint sacrement catholique. Et c'est grâce aux prières donc, qu'il survécut à son 100 mètres. Une fois confessé, le gredin décéda. Alors "Václav Hájek z Libočan" nous décrit l'affaire cocassement. Les tchécophones (étudiantes généreusement pourvues) apprécieront (n'hésitez pas à m'appeler): "Lapka, odlomiv se z kůlu a doplaziv se ke zmíněnému kostelu, oznámil přivolanému knězi, že bez zpovědi a přijímání svátosti velebné nemůže umřít, neboť se horlivě modlil ke sv. Barboře, která opatruje před náhlou smrtí bez náležitého křesťanského zaopatření. Jakmile kněz odsouzeného zaopatřil, ten ještě téhož dne zemřel".

Maintenant la vraie histoire, parce qu'il ne s'agit pas d'une légende à l'origine, donc la vraie histoire telle qu'elle est décrite dans les "vieilles annales de Bohême" ("Staré letopisy české") est autrement plus sordide. Je vous passe les crimes abominables auxquels les frères "Chlevce" se livrèrent, crimes qui sont détaillés dans le procès verbal comme dans l'acte d'accusation mais qui dépassent l'entendement humain, pour en arriver directement aux faits. Une fois empalé, l'un des 2 frères succomba rapidement (il ne pria sans doute pas assez Ste Barbara).
Le second empoisonna cependant la vie des praguois et du bourreau pendant toute la journée. Ne voulant pas (ou ne pouvant pas) mourir, il ne faisait que de parler, parler et encore parler. Lorsque le pal lui sortit de par derrière son dos, le bourreau le retira du pieu pour mieux le remettre dessus. Mais à nouveau, l'embroché ne voulut (ne put?) mourir. "Ah ben y a le pal qui ne fait rien d'autre que de na pas me rentrer correctement dedans" qu'il lui dit l'empalé, au bourreau, lorsqu'il l'assit pour la troisième fois dessus ("ten kůl do něho nějak špatně leze, řekl mu odsouzenec"). Il y avait là foule, qui le regardait jusqu'à la tombée de la nuit, tandis qu'il suppliait dieu, Marie et tous les saints du ciel qu'on le prît en pitié et qu'on lui détachât les mains, qu'il s'en débrouillerait alors seul, au moins pour se gratter les fesses. Mais tu parles, refroidi par la trouille du fouet et du bâton, personne ne prit l'initiative. Plus tard, une fois la nuit bien entamée et la foule rentrée chez elle pour s'abêtir devant la téloche, le pieu se brisa ad litteram "au raz du cul" ("až u samého zadku"), et c'est avec icelui ainsi planté, qu'il s'en déménagea jusqu'en l'église St Benoît où il fut retrouvé le lendemain matin gisant de trépas sur un tas de fumier. Notez qu'aucune extrême onction n'est mentionnée, pas plus qu'une quelconque prière à Ste Barbara. Ceci-dit l'exploit n'en est pas moins remarquable.

Alors qu'est-ce qui a conduit plus tard le comte "Štěpán Vilém Kinský" à faire construire cette chaplette? Ah oui, parce que je ne vous l'avais pas encore dit, c'est donc le comte "Štěpán Vilém Kinský" qui fit construire la chapelle. Et pourquoi? A nouveau, une histoirexceptionnelle à la Strogoff et qui n'est pas empalée... piquée des hannetons. D'aucuns vous diront que tout ceci n'est que pure invention calomnieuse, et que ce que je vais vous conter n'aurait jamais existé. Ah bon? Vous trouverez ce récit sur les "pages officielles" de la famille "Kinský", mais bien évidemment arrangé de façon plus... vertueuse, puritaine, chevaleresque. Ma version, elle, me vient de la comtesse de Mailly, fervente habituée des sauteries de Loulou (cf. plus loin) et qui laissa à la postérité nombreuses notes prises "in situ" sur son iPad. Mais oyez plutôt.

"Štěpán Vilém Kinský ze Vchynic a Tetova" est né en 1679 pour mourir en 1749. Il servit dans l'armée impériale (d'Autriche), et en 1719, il devint colonel de cavalerie. Travailleur, il prit rapidement du galon et fut nommé gouverneur du royaume de Bohême. 3 ans plus tard, il débarqua à la cour du tsar Pierre le Gland mandaté du mandat d'ambassadeur, et en 1726 (parfois 1729), il fut nommé ambassadeur d'Autruchon-gris à Paris auprès de Louis XV. Commence alors notre histoire.

Lettré, multilingue, et intellectuellement meublé, il s'amouracha rapidement de la France au point de ne plus signer autrement qu'Etienne Kinsky. Et la France le lui rendait bien: cavalier accompli, élégant d'apparence et cultivé d'esprit, nulle surprise qu'il eut rapidement ses entrées auprès de "la haute" qui recherchait ardemment sa présence.
Et tout particulièrement, il tomba en estime d'un certain marquis de Châteauloup ("Loulou prout-prout" pour les copines) qui n'avait de cesse de lui manifester ses ferventes faveurs. Un jour, le marquis invita Etienne en son domaine de Boisrepos. Etienne accepta l'invitation, et passa plusieurs jours fantastiques entre dîners mondains, bals masqués et dépravations inavouables dont le marquis était un accoutumé (selon la comtesse de Mailly).

Le jour de son départ, monsieur de Châteauloup le retint encore, qu'il fallait absolument qu'il lui montrât quelque chose une fois la nuit tombée. Curieux, Etienne resta. La nuit venue, le marquis prout-prout entraina notre bonhomme par de sombres galeries souterraines jusqu'à arriver dans une vaste catacombe où gisait une vingtaine de cercueils remplis d'une vingtaine de cadavres momifiés, portant des traces de sang sur leurs frusques. "Courage mon ami, ne cédez point à la panique" dit le marquis. "Ces cadavres appartiennent à diverses personnes qui eurent l'outrecuidance de refuser mes avances. Ils périrent de ma main. Ainsi vous aussi avez maintenant le choix soit de succomber à ma saillie, soit de m'affronter en duel. En Allemagne, l'on vous considère comme le meilleur escrimeur du pays. En France, c'est moi qui ai cet honneur. Que me répondez-vous?" Ben tiens, tu m'étonnes! Que répondit-il d'après-vous? "Votre choix me navre grandement mon ami, mais ainsi soit-il. L'un d'entre-nous rejoindra donc ce soir cette macabre compagnie. Mon personnel est au courant de ma faiblesse. Viendrais-je à périr, le majordome vous accompagnera saint et sauf jusqu'à Paris, où vous pourrez vous enorgueillir de m'avoir vaincu". Bon, ok, mais avant de faire couler le sang, Etienne demanda au marquis de lui accorder quelques minutes afin de se calmer les nerfs dedans sa tête. Il fit le tour de la catacombe, dévisagea les momies, refit un tour, re-dévisagea les momies, réfléchit une dernière fois à l'offre initiale du sodomite, puis se mit en garde. Le duel commença.

L'un porta une attaque, l'autre esquiva. L'un bondit en avant, l'autre en arrière. L'un esquiva sur la gauche, l'autre sur la droite. Les épées sifflaient dans l'air et se heurtaient violement. Soudain, le marquis voulut porter le coup fatal. Il sortit alors sa botte secrète, se jeta en avant, mais Etienne esquiva. "Quoi, mais c'est pas possib'" pensa le marquis, "c'est ainsi que j'ai trucidé tous les réfractaires précédents". Eh oui, mais tandis que l'Etienne s'en promenait dans la catacombe, il remarqua les blessures sur les macchabs momifiés. Toutes furent portées au même endroit, à 1,23 cm au dessus de l'aorte du coeur perforant le troisième poumon de la cuisse à l'intersection de la prostate et des ovaires (dans le fond, en bas à gauche, sur la radiographie). Fort de cette précieuse information, Etienne se tint sur ses gardes et put ainsi esquiver l'attaque mortelle du marquis. "Il suffit" dit Kinsky, "inutile de nous battre jusqu'à la mort pour une sordide histoire de Q". Mais le marquis, doublement frustré, ne voulut rien entendre, et bavant de colère, il batailla comme un bougre enragé. Eh oui, mais la colère ne fait rien à l'affaire. En matière d'escrime, la sérénité, l'équilibre mental et le flegme sont de rigueur. Eh! Si le marquis prout-prout avait lu la Guerre des étoiles, les chevaliers du Jet-d'ail lui auraient dit que "la colère et la peur forment le côté obscur de la Force".
Et le côté obscur de la force, c'est les mains qui tremblent, les jambes qui chancellent, les yeux qui coulent et l'haleine qui pue. Et c'est pas cool pour l'escrime ni pour emballer les filles (accessoirement les garçons). Aussi Etienne finit par transpercer le marquis (de son épée seulement, bien entendu). Une fois l'affaire déballée au grand jour par tous les médias, notre héros dut quitter Paris en 1732 et reprit du service à Prague en tant que Plus Haut Maréchal de la cour ("Obersthofmarschall"), puis Plus Haut Chambellan ("Obersthofkämmerer") et enfin Plus Haut Précepteur ("Obersthofmeister"). En 1746, il fut décoré de l'ordre de la Plus Haute Toison d'Or pour tous les Plus Hauts Services rendus à l'empire, et fut élevé au Plus Haut rang de Plus Haut Prince. Il décéda en 1749, et fut inhumé en l'église St Salvador vieille-ville, en face du pont Charles, où il repose toujours.

La légende raconte que "Štěpán Vilém Kinský" laissa construire la chapelle Ste Barbara après avoir lu à ses enfants l'histoire des brigands empalés, et après s'être rappelé que lui même faillit connaître ce supplice au domaine de Boisrepos, pour peu qu'il eut choisi la première option offerte par le marquis de Châteauloup. En vérité, la chaplette fut construite entre les années 1725 et 1730, soit après le retour à Prague d'Etienne depuis la Russie, accessoirement depuis la Rhénanie-Palatinat (où il passa rapidement quelques mois), en tous les cas avant son séjour parisien. Alors quel fut le déclic, l'incitation, la raison pour construire ce petit bout d'édifice d'avec ses peintures insolite? On ne le saura sans doute jamais vraiment.

Bon, et la chaplette alors? Elle fut construite par un des plus grands génies du baroque moult fois mentionné dans mes publies: "František Maxmilian Kaňka". Sans grande surprise pour mes lecteurs assidus, je vous informe que vous trouverez sur POI.CZ une liste complète des oeuvres de l'architecte, avec les coordonnées GPS comme les adresses postales qui vont bien. La chaplette grande ouverte dans la rue est cependant protégée par une grille. Deux colonnes latérales supportent des volutes entrecoupées typiques des frontons de fenêtres baroques. Au centre, on devine le blason de la famille tel qu'on peut le voir au centre du palais "Kinský", place de la vieille ville: 3 dents de loup poussent de la gauche vers la droite sur un fond rouge, le tout étant surmonté d'une couronne comtale (de comte) en la chaplette, surmonté d'une couronne princière au palais "Kinský". Bon, et c'est globalement tout ce que l'on peut dire sur l'architecture. Notez que la construction est en mauvais état, et qu'un brin de restauration serait le plus bienvenu. Avis aux mécènes.

Concernant les fresques du dedans, elles sont à mettre au compte d'un autre génie du baroque moult fois mentionné dans mes publies aussi, "Václav Vavřinec Reiner".
La scène peinte est celle de la légende de l'empalé. En haut, Ste Barbara assise peinard sur son p'tit nuage et entourée de p'tits anges joufflus maintient le vaurien en vie. En bas, l'empalé dépalé (vaurien) reçoit l'extrême onction des mains du curé. Notez à droite et en petit, le second empalé toujours en place, et en dessous, le rampant se trainant à terre. Les personnages derrière le vaurien moribond épaississent le spectacle d'une sauce dramatique: un enfant nu terrorisé par la scène pleure dans les jupes de sa mère, tandis que les hommes en arrière plan discutent de leur constipation somatopsychique. Soumises aux intempéries comme au vandalisme, les fresques furent moult fois repeintes avec plus ou moins de fidélité, qu'aujourd'hui l'on ne reconnaît qu'avec grand' peine la plume du pinceau de l'artiste. La paternité est cependant inconstatable grâce aux esquisses signées encore aujourd'hui conservées.

Alors au-delà de l'anecdote, cette affaire d'empalés de 1512 remontée des oubliettes par "Štěpán Vilém Kinský ze Vchynic a Tetova" dans le premier quart du XVIII ème siècle et peinte par "Václav Vavřinec Reiner" éclaboussa bien au delà de la chaplette praguoise. Outre les 2 églises de la Ste trinité de "Smečno" et Ste Barbara de "Nabdín", puis outre la chapelle St Francois Xavier de la mairie baroque de "Polička" (près "Svitavy") où l'inspiration est patente (cf. les pals, l'extrême onction), il est encore 2 églises où l'inspiration est carrément réplicopie. La première réplique, oeuvre de "František Julius Lux", se trouve dans la chapelle Ste Barbara de l'église de la nativité mariale de "Domažlice". La seconde, oeuvre de "Eliáš Dollhopf", est l'autel en trompe l'oeil de l'église Ste Marie de l'assomption de "Kynšperk nad Ohří". Là, la composition est pratiquement identique qu'en notre chaplette de la rue "Loretánská", en dehors de quelques différences mineures que je vous laisse découvrir (lorsque vous vous rendrez sur les lieux mentionnés) et qui sont à mettre sur le compte de l'initiative personnelle des artistes. Notez que la renommée de ces 2 derniers peintres n'a jamais dépassé les frontières locales de la Bohême. C'est bien dommage, car ils mériteraient selon moi nettement plus qu'une simple mention dans ma publie (une autre fois, quand j'aurai plus de temps). Et selon mes sources, il serait encore un autel secondaire consacré à Ste Barbara en l'église St Jacques de "Cítoliby" où le supplice répugnant serait représenté par l'artiste originel en personne ("Václav Vavřinec Reiner"). Mais n'aillant pas eut l'occasion de visiter, je ne puis confirmer présentement.

Alors pourquoi soudainement un tel intérêt pour le pal en période baroque me demanderez-vous? Bon, je vais encore passer pour un bouffe-curé, mais j'ai pas vraiment le choix afin de vous expliquer le pourquoi du comment. Vous n'êtes pas sans savoir qu'un des piliers de la religion catholique est la souffrance (le péché originel = souffrance, Jésus salvator mundi = souffrance, la vie terrestre = souffrance...). Le plus souffrancieux, le plus catholique et le plus proche de dieu.
Tiens, la souffrance des saints martyrs, sans dec, à se demander si les hommes étaient réellement si sadiques ou si ces actes barbares ne sont pas le fruit d'un pur délire enfanté par l'infinie perversion chrétienne:
- St Pierre crucifié la tête en bas (ça encore ça va).
- St Jean l'évangéliste jeté dans de l'huile bouillante (sans sel).
- St Laurent grillé (sans marinade).
- Ste Apolline les dents arrachées à la pince (sans anesthésie).
- St Etienne lapidé (sans pitié).
- St Barthélemy dépecé et corché vif (sans commentaire).
- St Benjamin empalé après qu'on lui ait cloué des bambous sous les ongles (sans dec?).
Enfin y en a pas un qui soit mort dans son lit, pénard, une pipe dans la main, sa tendresse d'amour à ses côtés, le chat couché sur ses pieds. Alors forcément, face à ce débordement sordide de cruauté bestiale voulue par dieu (pauv' type), Ste Barbara simplement décapitée par son père, ça faisait cucul la rainette et pipeau la prune, genre fable puérile pour lardon pétochard. Fallait de la souffrance, du sang, de l'horreur ignoble, de l'atrocité brutale et de la viande déchiquetée. Fallait du hard-gore monstrueux qui gicle à la tonne crénom de dieu. Aussi l'on trouva ce subtil mélange d'empalés et de Ste Barbara, typiquement tchèque. En France par exemple, Ste Barbara est la sainte patronne d'un tas de trucs délirants, en particulier elle protège de la foudre, et plus globalement de la mort subite, non pas parce qu'un foudroyé l'aurait priée au bon moment, mais parce que son vilain papa, qui lui trancha la tête pour sa conviction catholique, fut aussitôt foudroyé par le ciel vengeur. Bref, Ste Barbara et l'empalement, ça faisait la paire en Bohême, ça plu immédiatement aux artistes comme aux curés et la sauce prit, au point qu'on en mit partout sur les peintures, des Ste Barbara et des empalés. Eh oué.

Alors pour visiter, c'est sans rendez-vous. Il suffit d'y aller, et de regarder, à n'importe quelle période et à n'importe qu'elle heure. Et je vous conseille aussi d'en profiter pour inviter la fabuleuse taverne du Boeuf Noir ("U Černého Vola") qui se trouve à 100 m au dessus, en direction de la place de la Lorette. La chaplette Ste Barbara se trouve là: 50.0884389N, 14.3925464E.

2 Comments:

Blogger Hana de Prague said...

Dane, bravo jako vždycky, kam ty na to všechno chodíš!
Ale abys věděl, že aspoň někdo se u kaple zastavil před tebou, tak tady: http://praga-magica.blog.cz/1201/kaple-sv-barbory. Akorát že já to mám mnohem stručnější, bez toho všeho vtipného povídání kolem :-)
A mimochodem, proč jako nevěříš, že ten s tím kůlem mohl ujít ubohých 100 metrů, když se sv. Denis mohl vydat na 6 km pochod s hlavou pod paží? (vzdálenost jsem měřila na mapě :-)

01 mars, 2013 19:19  
Blogger Strogoff said...

Vsak ja jsi dobre pamatuju Hanko, je jsi nedavno o kaplicce psala. A musim uznat ze je to prave tvuj clanek ktery me nakopnul do zadku abych konecne neco napsal o Sv Barbore pro Frantiky :-) Proc neverim? Protoze nebyl svatej. Dovedu si predstavit napriklad, a pevne verim ze svaty umej delat z prdu kulicku dvouma prstama (napriklad Sv Denis, nejenom tahnul do St Denis s hlavou v ruce, ale pak si s ni jeste hral kuzelky), ale ze nejaky mizerny nesvaty chudak byl nasazen 3 krat na kul aniz by zdechnul, a pak se tahnul s kulem v prd... 100m, tak tohle uz je silny kafe. Ale az budu v duchodu, a budu se nudit, tak to sam zkusim na vlastni kuzi a dokazu ze to mozny neni :-)

02 mars, 2013 09:29  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Retour à la page principale