dimanche 14 juin 2009

Ville: Du nouveau sur l'pont Charles

Eh hop, une rapide publie pour vous en parler de, parce que c'est tout frais (enfin presque), et que c'est un scoop "made by Strogoff" vu qu'aucun autre blog non tchèque n'en a encore parlé, enfin me semble-t-il (si jamais je me fourvoie, prévenez-moi).
Alors dans le courant de la mi-mai 2009, on a célébré la canonisation de St Jean de Népomucène (280 piges), on a célébré la Prague baroque à coup de grande fête sur la "Vltava", on a fait venir des gondoles énormes de Venise que personne ne pouvait voir correctement puisque la grande célébration eut lieu en pleine nuit non éclairée (cf. mes photos), et on a fait péter du laser-show cosmique sur le pont Charles comme en plein milieu du XVIII ème siècle. C'était Mozart draguant Vivaldi en pirogue sur la musique du Rondo Veneziano à "Karlovy Lázně". Enorme le show vous dis-je, au point que l'ouverture des J.O. de Pékin c'était la fête à Neuneu au Mac Do. Et y avait du monde tellement c'était de bon goût. C'est bien simple, le Praguois qui d'ordinaire se barre en week-end hors Prague afin de pourrir dans son chalet de campagne où il a grandi depuis sa naissance, ben ce jour-là il s'était massé touffu sur les rives du fleuve au point qu'on ne voyait rien derrière toute cette foule amassée dans le noir.
Mais ce n'était pas ça l'important. L'important, c'était la remise en place sur le pont Charles d'un objet dont peu de Praguois se souviennent, que pratiquement aucun touriste n'a jamais vu, et qui fut de surcroît l'occasion d'un pèlerinage pour fêter les 280 ans de la canonisation du St Jean, ce qui du reste fit hurler certains, parce que 280 ans, c'est pas très rond pour un pèlerinage, et que si l'on commence à pèleriner n'importe comment pour n'importe quel motif, on va finir par lasser le pèlerin. Tiens, regardez les élections européennes, c'est tous les 5 ans seulement, mais t'as 2 électeurs sur 3 qui sont lassés. Bref...

Vous souvenez-vous de ma publie détaillée sur St Jean de Népomucène, que les touristes couillons caressent bêtement des icônes insignifiantes sur le pont Charles alors que la vraie icône qui porte chance garantie, celle qui représente l'endroit exact d'où fut bazardé St Jean à l'eau, la croix archiépiscopale à 5 branches qui est totalement occultée par les guides?
Vous souvenez-vous? Ben à l'occasion de la Prague baroque, l'on a remis en place une copie d'un petit objet baroque qui se trouvait en retrait de la croix, une sorte de petite herse (grille) décorative signalant l'emplacement du martyre (martyre: souffrance infligée, martyr: celui qui souffre du martyre). Alors si avec un tel balisage les touristes ignares continuent à choper la maladie du doigt qui pèle en tripotant des reliques insignifiantes, alors ils n'ont plus qu'à se jeter dans le fleuve du pont, y a vraiment plus rien pour les sauver de la bêtise.

Maintenant de quoi qu'on se cause? Vers la fin du XVII ème, début XVIII ème siècle (assez curieusement l'on n'a pas de date plus précise), on posa sur le rebord du pont cette petite herse haute de 120 et large de 150 cm afin de signaler l'emplacement de la croix porte-chance.
Elle se composait d'un relief (une petite plaque) représentant St Jean de Népomucène flottant à plat sur la "Vltava", 5 étoiles européennes autour de la tête, et le tout était entrelacé de ferronnerie décorative. Lors des inondations de 1890, l'objet fut emporté par les flots comme l'arche du pont sur laquelle il reposait (l'objait). Ca c'est pour les faits avérés. Ensuite on a diverses versions, z'allez voir. Selon une source, l'objet aurait été remplacé en 1894 par un modèle proposé par le fameux re-gothisateur "Josef Mocker", puis détérioré en 1918 lors des émeutes anti-habsbourgeoises qui eurent lieu avec la naissance de la République. Restaurée dans le courant du XX ème siècle, la grille fut retirée sous les con-munistes lors de la réfection du pont et remisée au placard. Selon une autre source, la grille fut replacée (en place) en 1896, puis détériorée en 1918 lors des émeutes anti-habsbourgeoises qui eurent lieu avec la naissance de la République.
Restaurée en 1936, la grille fut vandalisée en 1968 lorsqu'un imbécile en vola le relief de St Jean flottant. Bon, c'est pas vraiment clair, alors retenez que depuis avant 1970, la herse-grille sur le pont n'était plus jusqu'à y a 1 mois (13 mai 2009), où elle fut remise en place grâce aux dons du "Sdružení výtvarníků Karlova mostu" (l'Association des Artistes du Pont Charles), et sous la bénédiction du saint goupillon de notre cardinalarchevêque de Prague "Miloslav Vlk" sur le perron de la retraite. Parenthèse: à noter une chose des plus remarquables: notre objet dans sa version originale est visible sur la fabuleuse maquette de Prague de "Langweil" qui fut récemment digitalisée. Je vous ai trouvé un échantillon (cf. la vidéo), c'est absolument énorme.

Sinon je vous livre l'anecdote de sa restauration telle qu'elle me fut narrée au Boeuf noir par mienne accointance introduite dans la sphère journalistique. Lorsque donc les artistes du pont Charles se mirent en tête de pousser à la restauration de notre petite herse (faut bien relancer le tourisme en chute libre), l'on commença à centraliser les morceaux qui en restaient afin de gribouiller un prototype le plus fidèle possible à l'original.
Des bouts se trouvaient dans la tour du pont côté petit (petit-côté, "malá strana"), d'autres étaient représentés sur des documents (cf. le modèle en carton-pâte-crotte-de-nez de "Langweil"), pis un jour, arriva un certain chais-plus-qui, qui affirmait détenir le fameux relief vandalisé de St Jean, qu'il l'aurait échangé auprès d'un antiquaire alors que ce dernier ignorait de qu'est-ce que c'était quoi tiens-donc. On peaufina alors la maquette grâce à tous ces éléments, puis on refourgua la fabrication de la copie au ferronnier "Petr Hartman". Ce dernier se mit activement au boulot, et aurait utilisé les techniques anciennes du travail de la tôle en fonte, comme au XVII ème siècle, à savoir à l'enclume et au marteau, technique somme toute analogue à celle du XX ème siècle mais consistant à travailler le taliban de Guantanamo. L'oeuvre fut, selon les journalistes, créée sous la constante supervision du département de la conservation du patrimoine historique, lequel généralement brille par son absence lorsqu'il est question de dossiers financièrement plus conséquents (je ne vais pas m'étendre davantage sur la corruption des fonctionnaires, les pots de vins versées par les entreprises, la législation permissive sinon absente, mes publies précédentes en sont pleines d'exemples, et la toile encore plus, pleine d'exemples).
Bref, l'objet fut le centre de toutes les attentions dans sa conception, dans sa réalisation, mais nettement moins dans sa mise en production, parce que comme dit, je n'ai pas vu un seul article autre que tchèque à ce propos: rien en Français, rien Anglais, rien en Allemand, et rien en Inuktitut ce dont je me fiche un peu puisque je ne le parle pas. Alors voilà, histoire de faire un peu de pub à la fameuse nouvelle attraction touristique de Prague qui devrait de surcroît apporter un peu de chance aux touristes, je vous divulgue en toute hâte cette nouvelle publie afin que vous puissiez rapidement en profiter dans le cas où vous vous rendriez en notre capitale dans les jours prochains.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Retour à la page principale