mercredi 28 mars 2007

Coup de gueule: U Přemysla Otakara II

Eh oui, encore, je sais, vous allez encore dire que je me lamente, que je suis "old fashion" (voire vieux con), que je suis comme un p'tit vieux nostalgique genre "ah, de mon temps".
Ben non, pas vrai du tout, ce que je veux juste dénoncer, c'est la touristification, la pognonisation, et la dèsautochtonisation de Prague, et surtout la normalisation, la standardisation, la conformisation, et la similarisation avec les autres capitales du monde. Prague était exceptionnelle pendant des siècles, elle est toujours unique aujourd'hui, mais sera-t-elle encore extraordinaire demain? Quel intérêt d'avoir une Prague comme n'importe quelle Bruxelles, Paris, Londres ou Berlin?

Je pense que très peu d'entres-vous l'on connu parce que ce n'était vraiment pas le piège à touristes (trop de locaux), ce n'était pas non plus couché sur les chantiers battus (frontière entre Prague 1 au nord de la rue, et Prague 5 au sud) et même sur la toile mondiale on en parlait très peu (j'ai cependant trouvé un article).
Mais c'était une taverne authentique. La bière y était bonne, pas exceptionnelle mais bonne, les prix plus que raisonnables, l'accueil généralement affable, et ça sentait LA vieille Prague, comme un pet de lapin la carotte. La taverne "U Přemysla Otakara II.", dans la rue "Vítězná 13, Praha 5" n'est plus. On avait l'habitude de nous y rendre les week-ends pour déjeuner par exemple, pis parfois le soir en semaine, après les courses chez le Vietnamien d'en-face, 1 bière ou 2 avant de rentrer à la maison préparer le dîner, mais aussi pour des soirées complètes avec des amis. Ce n'était pas trop enfumé, pas trop bruyant, on y était bien.
Mais c'est fini.

Au départ l'on pensait qu'ils réfectionnaient, mais c'était assez long comme réfection. Pis un jour, en allant chercher mes légumes frais, ce fut le choc. En jetant un oeil sur la façade de l'immeuble numéro 13, j'aperçus la nouvelle enseigne "Pizzeria". Quoi?! A plus "Přemysl Otakar"?! Quoi?! Une pizzeria?! Traumatisme. Mais c'est pas possible, il y a déjà 4 pizzerias à 100 m à la ronde, il y a au moins 20 restaurants dans le même rayon, mais c'est pas possible crénom di diou que c'est pas vrai?!
Ben si. C'est fait. Maintenant il y a une banale pizzeria à la place de cette bonne taverne.

Alors nous y avons été pour voir, parce que faut pas être borné non plus. Donc ben voilà, c'est cher (mais ça pourrait être pire), la pâte à pizza ne m'a pas plu du tout, et ils servent de la "Staropramen", celle qui fait fuir quand on l'amène (pas tant que ça quand même), à la place de la "Prazdroj". Sinon le cadre est beau.
Ben forcément c'est neuf. Enfin beau, c'est propre, aseptisé, refait dans un style pur kitch véritable pour plaire à la mère Icain, genre château fait aux dalles à Disneyworld mais mieux, pas en plastique les objets, en vrais faux qu'on trouve ici en République Tchèque, faits sur demande/commande par des artisans talentueux, genre armures de chevaliers, fers de prisonniers moyenâgeux, armes blanches médiévales, en vrai bois et en vrai métal (même les pizzas semblent faites en vraie bouffe, à s'y méprendre). Mais c'est kitch, c'est du "fake", c'est pour touriste.
D'ailleurs rien que les volets (très joliment peints par ailleurs) me font vomir. Quel est l'imbécile biroutocéphale (à tête de noeud) qui a eu l'idée d'une telle stupidité? Des michellangeries italiennes en plein centre de Prague. C'est totalement débile, c'est comme vendre des gondoles en plastique sur les bateaux Mouches, des boules-tours-Eiffel sous la neige au Colysée, ou des Manneken-Pis-tire-bouchon dans la tour de Londres. C'est totalement hors contexte, hors cadre, bref totalement inepte. D'un autre côté on vend bien des matriošky et des reliques de l'armée soviétique dans les artères promène-troupeau, ce qui est encore plus stupide.

Alors voilà, encore un bout de LA vieille Prague qui s'en est parti. Encore un lieu pour locaux remplacé par du pour touristes. Encore un endroit où l'on ne m'y verra pas souvent (ça c'est moins grave). Mais surtout encore un exemple de la désautochtonisation de la ville au profit du tourisme outrancier, du pognon facile, et de la connerie sanscrupulesque. C'est vraiment à vomir.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Retour à la page principale